C-expresso
English  │ Français
La rapidité est utile et l‘inertie pénible
Artiste Index •  Option Pianiste Utopie
Vidéo et Son
Avant-propos
Cela concerne l‘industrie du disque et des médias, qui corroborent et illustrent mes propos malgré eux. Le soulignement important de certains points inhérents à la vidéo des clips ou sur les galettes de vinyle des artistes et les médias de distribution, méritent une attention toute particulière.
Critique réaliste ordinaire
Pourquoi « écrire » cette page Web comme disait, avec ma petite tête de demeuré congénital, notre cher et regretté Pierre Desproges : « Peut-on appeler « écrire » n‘importe quelle tentative de représentation d‘une ébauche de pensée par le biais de symboles graphiques incohérents couchés dans le désordre au mépris total de la grammaire, de la syntaxe, de l‘orthographe et du souvenir de mon aïeule Germaine Philippin, institutrice de l‘époque missionnaire, qu‘une cédille oubliée décourageait aux larmes. » Pierre Desproges

On pourrait transposer comme on le fait souvent en musique, cela donnerait : « Peut-on appeler « musique » n‘importe quelle tentative de représentation d‘une ébauche de chanson par le biais de sons dissonants incohérents joués dans le désordre au mépris total de la mélodie, des harmoniques, de l‘acoustique et du souvenir de mon aïeule Germaine Philippin, musicienne de l‘époque missionnaire, qu‘un soupir oublié décourageait aux larmes. » Rhétorique

La réponse vient d‘elle même, le commerce de la musique souffre des stigmates de notre société, il devient impératif de les énoncer. Comme la musique doit normalement adoucir les mœurs, ce modeste pamphlet pourra être lu sur fond sonore.
Usage et coutume
Avec l‘invention du magnétophone, ce qui ne date pas d‘hier, le lobby de l‘industrie du disque à l‘époque criait déjà haut et fort haro sur le baudet, en prétextant que depuis la venue de la cassette de bande magnétique, la mise à mort de leur substantielle activité était proche avec en ligne de mire un trépas assuré. Hors de ce temps historiquement proche, ils ont bien plus que survécu de ce soi-disant imparable écueil.

Ne remettant jamais en cause leur imbécillité saupoudrée de leur monumentale connerie, désolé mais peu de vocable sont à la hauteur de leur transgression. Ce lobby de prénommés par vulgarité « Major » lutte par manque d‘analyse contre leurs propres intérêts.

Pendant longtemps les radios FM ont diffusé de la musique et les auditeurs armés d‘un resplendissant tuner FM et d‘un rutilant magnétophone à cassette enregistraient sans vergogne avec grand soins les prouesses musicales de leurs artistes préférés, le même principe fut également utilisé pour les films en diffusion hertzienne avec un appareil nommé magnétoscope.

Avec l‘ère du tout numérique, la méthode à changé, mais le principe reste identique et inchangé !

Si avec la venue du tout numérique, certains ont négocié ce virage technologique avec brio, comme dans le marché de la surface sensible en photographie en changeant de fabrication, dans le domaine de la production musicale ce fut un tout droit dans le mur en mordant talus et poussières du paysage de ce virage. Car à lors actuel, il n‘existe pas un Site Web rassemblant tous les clips vidéos anciens comme récents dans le respect des formats quelque soit le label. C‘est bien ce qui a fait le succès de YouTube ou de Dailymotion, cela génère un énorme travail et cela se paye, mais l‘hégémonie aurait été bien moindre. En laissant le champs libre aux internautes pour poster des vidéos en toute liberté au mépris de tout droit d‘auteur, la brèche reste ouverte, il est sage de penser que seul un tribunal la refermera. Les seuls qui ont gagné beaucoup d‘argent sont les vendeurs de YouTube, le montant de cet achat fut de 1,65 milliard de dollars payé par Google, n‘assistant pas au compromis de vente d‘après ouï-dire seulement.

Montant totalement prohibitif et non justifié, si l‘on considère la diffusion illégale de musique par le moyen détourné que sont les « slideshow » et les vidéos clips des artistes. Tant que ces diffuseurs ne seront pas rentrés dans la légalité en payant des droits auteurs aux artistes au même titre qu‘une Radio ou qu‘une Télévision peuvent le faire, cela restera une Épée de Damoclès pour la pérennité. Car si l‘on supprime tout le contenu de ces Sites Web ayant un rapport quelconque avec la propriété intellectuelle des artistes, ils seront nettement moins attrayants. Ce n‘est pas la dernière élucubration d‘adolescent fantasque et celle d‘adulte en proie au délire d‘ecchymose qui peuvent générer tant de visites, certainement infiniment moins que les artistes.
Protection
Cela tient plus à un fil qu‘à une loi... Expliquons aux aficionados législatifs du streaming sous la pression du lobby nommé « Major » qu‘il existe toujours un moyen contourner une protection et que bien souvent cela relève simplement d‘un petit bout de câble.
Épilogue
En disant sur les brisants du constat, par une relative instabilité de la profusion de formulations, le milieu artistique toujours en gestation se familiarise et analyse ce formidable média, internet. Écharpant les structures de pensées vieillottes de la production musicale, pour ne pas dire obsolète, il est fort de parier sur un fait pas si marginal dans un proche avenir, qu‘un artiste pourra uniquement par le Web atteindre la notoriété désirée.


Eric Douzet
C-expresso.fr v. 1.2 © 2010 Tous droits réservés Commentaire non publié par e-mail Hosted by C-extra.com