C-expresso
English  │ Français
La rapidité est utile et l‘inertie pénible
Artiste Index Option •  Pianiste Utopie
Samson François


« On ne joue pas du piano avec deux mains, on joue avec dix doigts. Chaque doigt doit être une voix qui chante. » Samson François

« On vit comme on veut, on meurt comme on peut. » Samson François a vécu sa vie et son art comme une perpétuelle aventure. Sa vie, il l‘a brûlée avec excès et passion, fréquentant assidûment le monde de la nuit, le jazz, le swing, les cigarettes et l‘alcool. « Le matin, les sons sont laids », se plaisait-il à dire. Artiste inspiré, fantasque, imprévisible et romantique à souhait, il s‘est livré bien souvent à des interprétations géniales, parfois négligées. Mais lui-même revendiquait son irrégularité : « Ce qu‘il faut, c‘est qu‘on n‘ait jamais l‘impression d‘être obligé de jouer la note qui suit. »

Samson François n‘a joué que les musiques qu‘il aimait et lui plaisait, il s‘est particulièrement illustré dans les œuvres de Chopin, Schumann, Liszt, Debussy et Ravel. Son toucher très personnel d‘une variété infinie de couleurs, allie puissance et délicatesse, prodigieuse technique et sensibilité à fleur de peau.

« On exécute une œuvre pour la première fois, ou pour la dernière. Ce sont les deux seules formes d‘interprétation. » Samson François

Le Nocturne No. 13 Op. 48 No. 1 C Minor joué par Samson François est certainement la plus belle interprétation. Il rend un hommage magistral à Chopin.


Eric Douzet


Nocturne No. 13 in C Minor MixPod.com
Samson François
Biographie résumée


Samson Pascal François est né à Francfort-sur-le-Main le 18 mai 1924 d‘un père consul. C‘est sa mère Rose qui a choisi son premier prénom « pour la force » et qui a ajouté Pascal « pour l‘esprit ». Samson François génial poète du piano, a découvert le piano dès l‘âge de deux ans et commence ses études musicales en Italie. Mascagni remarque cet enfant prodige avec lequel il donne, dès l‘âge de six ans, un premier concert.

Son père occupait un emploi au consulat de France. Sa famille déménageant beaucoup, c‘est à Belgrade qu‘il obtint un premier prix de piano, dans la classe de Cyril Licar, avec lequel il découvrit les œuvres de Bartok.

En 1931, Samson entre au Conservatoire de Belgrade et joue devant le roi Alexandre. Après des études au Conservatoire de Nice, dont il sort avec un 1er prix en 1934, il est remarqué par Alfred Cortot qui le fait entrer à l‘École Normale de Musique à Paris. Toutefois, Alfred Cortot n‘a pas enseigné à Samson François lui-même, mais ses études sont attribuées à Yvonne Lefébure, qui fut liée aux grands musiciens de son temps.

En 1938, il entre au Conservatoire de Paris, dans la classe de Marguerite Long, elle a eu à déjà apprivoiser sa nature volontaire et elle a rappelé à Samson François quelques années plus tard qu‘il était le seul élève, qu‘elle avait dû gifler. « Madame, c‘est un privilège d‘être le seul ! », a-t-il répondu. « Elle m‘a appris à jouer propre. » dira Samson François.

Il obtient un 1er prix au Conservatoire en 1940 et donne son 1er concert parisien en 1941.

En 1943, alors âgé de 19 ans, Samson François gagne le 1er prix du Concours Marguerite Long-Jacques Thibaud. Un succès marquant le début d‘une carrière extraordinaire :

1947 Début de sa carrière internationale aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et en Europe.

1951 Création, à Aix-en-Provence, de son propre Concerto pour piano.

1953-1954 Grand Prix du Disque de l‘Académie du Disque Français.

1956 Création du Concerto pour piano de Pierre Petit, au Festival de Besançon.

Tournée triomphale en Union Soviétique, en tant que premier artiste français invité pour la reprise officielle des échanges culturels franco-russes.

1959 Concert à Paris, avec Paul Kletzki, pour le 25ème anniversaire de la R.T.F.

1960 Diffusion de l‘émission Grands Interprètes de Bernard Gavoty.

1964 Tournée en Chine, en tant que premier pianiste occidental invité depuis la reprise des relations franco-chinoises.

1967 Tournée au Japon. Claude Santelli lui consacre un film, Portrait d‘un pianiste.

1968 Victime d‘un infarctus, il annule temporairement ses engagements. Très vite, il reprend ses périples de pianiste concertiste, au Mexique et en Europe, sans se ménager : « De toute façon, je ne veux pas vieillir. Je ne veux pas économiser... »

1969 Tournées en URSS et participation à de nombreux festivals en France.

En 1970 à Paris le 22 octobre 1970, il meurt d‘une crise cardiaque, entre deux séances d‘enregistrement de l‘intégrale de l‘œuvre de Debussy.


Biographie réalisée par le service de documentation de Radio France.
C-expresso.fr v. 1.2 © 2010 Tous droits réservés Commentaire non publié par e-mail Hosted by C-extra.com