C-expresso
English  │ Français
La rapidité est utile et l‘inertie pénible
Artiste Index Option •  Pianiste Utopie
Alfred Brendel


Alfred Brendel venant d‘annoncer publiquement son souhait de prendre une retraite amplement méritée pour la fin de l‘année 2008. Il nous a permis d‘apprécier toute l‘étendue de son immense talent dans son répertoire de prédilection fondé principalement autour de Mozart, Haydn, Beethoven et Schubert. Derrière ce Grand Maître révéré et le musicologue savant, cet analyste sondant en permanence la partition, un homme d‘une profonde humanité où la simplicité se querelle avec la gentillesse, le tout rehaussé par un zeste d‘humour rafraîchissant.

Ses origines sont allemande, autrichienne, italienne et slave. Il est né le 5 Janvier 1931, à Wiesenberg, le nord de la Moravie (actuelle la République Tchèque) et a passé son enfance en voyageant dans toute la Yougoslavie et l‘Autriche.

Alfred Brendel a étudié le piano, la composition et la direction d‘orchestre à Zagreb et à Graz et a perfectionné ses études de piano auprès de Edwin Fischer, Paul Baumgartner et Edward Steuermann. Il remporte le Concours Busoni en 1949 et sa carrière connaît alors un envol international. Alfred Brendel se produit dans toutes les plus grandes salles et les plus importants festivals.


Site Web   www.alfredbrendel.com



Jean-Sébastien Bach
Italian Concerto In F, Andante
Alfred Brendel
Alfred Brendel a été le premier pianiste à enregistrer l‘intégrale de l‘œuvre pour piano de Beethoven et il a contribué dans une large mesure à faire figurer sur les programmes de concerts les sonates de Schubert et Schoenberg. L‘affinité qu‘a Alfred Brendel avec la musique profondément dramatique et émotionnelle de Schubert n‘exclut nullement le sens de l‘humour de l‘artiste. Dans un questionnaire, il a noté : « rire » comme étant son occupation favorite. En 1984, sa conférence dans le cadre des « Conférences Darwin » données à l‘Université de Cambridge, traitait du sujet : « La musique classique doit-elle être absolument sérieuse ? ».

Entre 1992 et 1996, Alfred Brendel a enregistré et donné à travers toute l‘Europe et les Etats-Unis l‘intégrale des sonates pour piano de Beethoven. A la suite de ce cycle à Londres, et en reconnaissance de son talent, il a reçu le « Classical Music Award » de l‘Evening Standard du Meilleur Concert de l‘Année, et l‘intégrale de ces enregistrements Beethoven a reçu le « Preis de Deutschen Schallplattenkritick 1997 ». Les points forts des dernières saisons comprennent un cycle des concertos de Beethoven à Londres, Paris, New-York et au Festival de Cheltenham, une série de récitals Schubert donnés à guichets fermés pour célébrer le bicentenaire de la naissance du compositeur, et les concertos en ré mineur et ut mineur de Mozart avec Sir Charles Mackerras au Festival d‘Edimbourg.

En 1998, Alfred Brendel a célébré le 50ème anniversaire de sa carrière ce qui a fait l‘objet d‘événements tels que le « Winterreise » avec Matthias Goerne aux festivals de Berlin, Belfast et Edimbourg, la dernière partie du cycle des concertos de Beethoven à Vienne avec le Wiener Philharmoniker et Sir Simon Rattle, un autre cycle des concertos de Beethoven à Münich avec Sir Colin Davis, et de nombreux récitals à travers l‘Europe et les Etats-Unis. En 1999, Alfred Brendel a effectué une tournée avec le Quatuor Alban Berg, un mois en résidence à Carnegie Hall, des récitals avec Matthias Goerne, et une tournée de récitals au Japon.

À l‘occasion de son 70ème anniversaire en 2001, Alfred Brendel a donné des séries de concerts à Londres, Paris, Vienne, Tokyo, Cologne, Amsterdam, Bruxelles et Francfort, les Concertos de Beethoven à Boston avec Seiji Ozawa, ainsi qu‘au Festival de Salzbourg avec Sir Simon Rattle et l‘Orchestre Philharmonique de Vienne. Un documentaire a été spécialement commandé et filmé par la BBC, « Alfred Brendel : Man & Mask », diffusé à travers l‘Europe il a aussi fait l‘objet d‘un DVD et d‘une vidéo (Opus Arte). En 2003 et en 2004, Alfred Brendel joue et enregistre toutes les Sonates pour piano et violoncelle de Beethoven avec son fils Adrian Brendel, et enregistre deux CDs avec Matthias Goerne.

Alfred Brendel enregistre exclusivement pour Philips Classics. Pour célébrer son 65ème anniversaire en 1996, Philips a sorti un coffret intitulé « L‘Art d‘Alfred Brendel » comprenant des enregistrements réalisés tout au long de sa carrière. Ses récents enregistrements depuis les concertos pour piano de Beethoven avec Sir Simon Rattle et l‘Orchestre Philharmonique de Vienne, 3 disques de concertos de Mozart avec Sir Charles Mackerras et le Scottish Chamber Orchestra, les deux premiers disques de Sonates de Mozart, un enregistrement « live » de Sonates de Schubert, sortis à l‘occasion de son 70ème anniversaire. Dans la série des « Great Pianists of the XXth Century » chez Philips, trois coffrets sont consacrés à Alfred Brendel incluant un certain nombre d‘enregistrements publics publiés pour la première fois.

Outre la musique, Alfred Brendel a toujours été passionné de littérature qui reste sa seconde occupation. Il a publié deux livres, « Musical Thoughts and Afterthoughts » et « Music Sounded out », ce dernier ayant été récompensé en 1990 du « Royal Philharmonic Society Music Award ». Plus récemment, il a publié, en allemand, deux recueils de poèmes humoristiques en prose, intitulés « Fingerzeig » et « Störendes Lachen während des Jaworts ». Une traduction anglaise de ces poèmes « One Finger Too Many », a été publiée en 1998. Un recueil inédit de poèmes en prose traduits de l‘allemand en français a été publié par Christian Bourgois en 2001. « Le voile de l‘ordre », recueil d‘entretiens d‘Alfred Brendel avec Martin Meyer, publié chez Bourgois, a reçu à Paris le Prix Pelléas en octobre 2003.

Alfred Brendel est diplômé à titre honorifique des universités d‘Oxford, Exeter et de Yale et a été fait Knight of the British Empire (Chevalier de l‘Empire Britannique) en 1989. Il a reçu en 1992 la Médaille Hans von Bülow de l‘Orchestre Philharmonique de Berlin. Depuis décembre 1998, il est Membre Honoraire de l‘Orchestre Philharmonique de Vienne. En 2001, il a reçu un « Cannes Classical Award » et « l‘Edison Award » pour l‘ensemble de sa carrière et il a également reçu le prestigieux « Beethoven Ring » de l‘Universität für Musik und dartellende Kunst Wien. L‘année suivante il a obtenu le Leonie Sonning Music Prize à Copenhague, le Robert Schumann Prize der Stadt Zwichau, en 2002 le South Bank Show Classical Award et plus récemment en 2004 le Ernst von Siemens Musik Prize.

Alfred Brendel a été fait Chevalier de la Légion d‘Honneur en octobre 2003.


Les Grands Interprètes – Site Web
C-expresso.fr v. 1.2 © 2010 Tous droits réservés Commentaire non publié par e-mail Hosted by C-extra.com